Les Millésimes Alsace

Année 1985

Année exceptionnelle

La petite récolte engendrée par un hiver froid et long à bénéficié, une fois encore, d’une très belle arrière-saison

LE CLIMAT

Voilà un millésime marqué par les aléas climatiques ! Grandes avaient d’ailleurs été les appréhensions des vignerons alsaciens après les deux périodes de froid intense de janvier et février – qui avaient provoqué des dégâts considérables sur quelque 2 000 hectares dont une grande partie sera sans doute à replanter -, après la coulure constatée en juillet notamment sur les cépages Gewurztraminer et Muscat d’Alsace, et après plusieurs orages de grêle dans deux secteurs du vignoble.
Fort heureusement, la sécheresse qui a touché cet été de nombreuses régions françaises, n’aura pas eu dans l’ensemble de conséquences néfastes dans le vignoble alsacien où les pluies d’orages de son climat sub-continental se sont avérées cette fois-ci bien utiles.


LES VENDANGES

Rarement un automne aura bénéficié d’un soleil aussi éclatant deux mois durant, entraînant une maturation idéale des raisins et permettant des vendanges précoces à leur stade optimum de maturité dès le 30 septembre pour les cépages de l’AOC Crémant d’Alsace et le 7 octobre – voire le 14 octobre pour le cépage Riesling – pour les AOC Alsace et Alsace Grand Cru.
Malgré tout, c’est un volume de récolte bien en deçà de la moyenne qui aura été rentré cette année en Alsace. Les dernières estimations, légèrement révisées en hausse depuis la fin des vendanges, se situent autour de 800 000 hectolitres, soit tout de même 20 % de moins qu’une récolte normale. Un déficit variablement partagé selon les cépages et les micro-régions et particulièrement marqué dans les Gewurztraminer et Muscat d’Alsace.

LES VINS

La qualité des raisins rentrés laisse présager des vins grandissimes, d’un équilibre prometteur, à la fois puissants et bien charpentés, extrêmement fins et racés. Des vins de garde que l’on se plaira à comparer aux plus grands millésimes de ces quinze dernières années en Alsace : 1983, 1976 et 1971.
Les plus belles réussites se trouveront sans doute dans les Gewurztraminer et Pinot Gris qui ont atteint des richesses rares et dont les cuvées de Vendanges Tardives et de Sélections de Grains Nobles n’auront jamais été aussi nombreuses à témoigner de la plénitude et de l’opulence de ce millésime.
De leur côté, les Riesling présentent une remarquable harmonie, les Pinot Blanc et Pinot Noir une puissance riche de promesses et les Sylvaner et Muscat d’Alsace une étonnante rondeur.

Conseil Interprofessionnel des Vins d'Alsace
Novembre 1985

Notes de dégustation

Pinot Noir Réserve Personnelle 1985
Hugel & Fils 

La robe est profonde, rouge tuilé avec des reflets acajou. Le nez est parfumé, mûr et complexe avec des arômes de fruits mûrs, de fumée et de cuir, une note de sous-bois, évoluant sur des épices et de l’encens. La bouche est souple en attaque, puis dense et profonde avec des tanins fins, mûrs et fondus. La fin de bouche est puissante, longue avec un caractère sec. L’équilibre est magnifique pour ce vin à maturité, qui continue de bien évoluer. (Dernière dégustation janvier 2011).

Grand Cru Wiebelsberg Riesling 1985
André & Remy Gresser

La robe est jaune doré avec des reflets verts. Le nez est discret, fumé avec une note de silex, gagnant en intensité et en complexité à l’aération avec une note d’herbe sèche. La bouche est sèche en attaque, minérale avec une acidité très fine, évoluant sur un caractère plus gras avec une finale de bonne longueur. Un vin de gastronomie parfait sur des poissons de rivière. (Dernière dégustation novembre 2006).

La petite récolte engendrée par un hiver froid et long à bénéficié une fois de plus d’une très belle arrière-saison, donnant des vins de grande qualité tant en blanc qu’en rouge. C’est aussi le premier beau millésime suivant la réglementation de 1984 sur les vendanges tardives et sélections de grains nobles : les cuvées produites sont exceptionnelles en qualité et en quantité.

Thierry Meyer
Formateur, L’Œnothèque Alsace, 2016

Les Millésimes Alsace

Il n’y a jamais deux vendanges identiques ! Chaque année des conditions climatiques différentes imposent un cadre naturel avec lequel le vigneron compose. Le millésime transpose ces variations dans la perception de la qualité d’un vin. Il donne par ailleurs des indications quant au vieillissement en bouteille.

Découvrez les 20 derniers millésimes et ceux qui sont entrés dans la légende des grands vins :