Les Millésimes Alsace

Année 1988

Année exceptionnelle

Premier millésime d’une trilogie nommée « les 3 glorieuses » en Alsace.

LE CLIMAT

Une floraison précoce, en avance de 2 semaines s'était déroulée dans des conditions idéales. Suivait un bel été avec des températures élevées et beaucoup de soleil.
La maturation présentait ainsi début septembre une avance d'une quinzaine de jours qui s'est maintenue jusqu'aux vendanges.


LES VENDANGES

Les vendanges ont été particulièrement précoces avec une ouverture dès le 21 septembre pour l'appellation Crémant d'Alsace, le 5 octobre pour les appellations Alsace et Alsace Grand Cru, à l'exception des Riesling et Gewurztraminer récoltés à partir du 10 octobre.
Les conditions météorologiques maussades et le temps variable observés au cours de la récolte n'auront fort heureusement pas eu de conséquences sur la qualité de ce millésime. Elles auront tout au plus perturbé la cueillette et ralenti la concentration attendue dans les Pinot Gris, Riesling et Gewurztraminer dont un volume exceptionnel de Vendanges Tardives et de Sélections de Grains Nobles aura néanmoins pu être récolté en novembre voire décembre.

Le volume de récolte s’élève cette année à 1 055 000 hl, d'un niveau identique à celui de l'an passé et proche de la moyenne, avec un volume de Crémant d'Alsace de 80 000 hl et un volume de Grands Crus de 38 000 hl en augmentation sensible compte tenu de la montée en puissance des 50 lieux-dits de cette appellation.

LES VINS

Les moûts présentent une acidité faible à dominante tartrique laissant espérer une bonne tenue des vins.
Le millésime 1988 devrait ainsi se caractériser pour le vignoble d'Alsace par de grands vins, équilibrés, aromatiques et bien charpentés.

Conseil Interprofessionnel des Vins d'Alsace
Février 1989

Notes de dégustation

Pinot Blanc barrique 1988
Paul Blanck

La robe est jaune or, très pure avec un bel éclat. Le nez est parfumé, délicat, avec des notes de miel, de fleurs séchées et un toasté discret. La bouche est sèche, concentrée avec une acidité fine, finissant sur une légère amertume. La finesse du millésime combinée à la précision d’une cuvée 100% auxerrois a donné une cuvée évoluant très bien dans le temps, parfaite à table. (Dernière dégustation avril 2008)

Grand Cru Altenberg de Bergbieten Muscat 1988
Frédéric Mochel

Les muscats Ottonel produits sur les grands crus sont très souvent des vins de grande garde, particulièrement adaptés aux millésimes frais comme 1988 avec leur maturation rapide. Cet Altenberg de Bergbieten est aujourd’hui en phase secondaire, avec de beaux arômes de carambole, de menthe sèche, de fruits exotiques et des notes fumées. La bouche est bien structurée, franche en attaque et de bonne concentration, avec une finale aromatique et nette. Un vin à maturité qui sera un très bon compagnon à table de produits de la mer, tout comme les rieslings du même cru. (Dernière dégustation avril 2010)

Premier millésime d’une trilogie appelée « les 3 glorieuses » en Alsace, 1988 a longtemps été éclipsé par ses deux successeurs, le savoureux 1989 et le généreux 1990. La fraîcheur d’un millésime plus frais paraissait initialement moins attirante, même si l’homogénéité des vins blancs était très bonne. Pourtant, 25 ans plus tard, l’absence de botrytis et la bonne combinaison de maturité et de fraîcheur permet aux vins d’évoluer parfaitement bien, surtout sur des cépages précoces qui ont été récoltés à pleine maturité. Un retour en grâce du millésime qu’on retrouve d’ailleurs dans d’autres régions de France.

Thierry Meyer
Formateur, L’Œnothèque Alsace, 2016

Les Millésimes Alsace

Il n’y a jamais deux vendanges identiques ! Chaque année des conditions climatiques différentes imposent un cadre naturel avec lequel le vigneron compose. Le millésime transpose ces variations dans la perception de la qualité d’un vin. Il donne par ailleurs des indications quant au vieillissement en bouteille.

Découvrez les 20 derniers millésimes et ceux qui sont entrés dans la légende des grands vins :