Les Millésimes Alsace

Année 2003

Bonne année

Par suite d’un été caniculaire, ce millésime restera dans les annales des Vins d’Alsace comme un millésime d’une précocité extraordinaire, au sens propre du terme. Il faut en effet remonter à l’an 1540 pour retrouver des conditions comparables !

Un millésime « extra-ordinaire »

Le climat

On pourrait avoir tendance à oublier que c’est la nature qui finalement décide de la qualité d’un millésime. En 2003, elle s’est largement plu à nous le rappeler ! Contrairement à la tendance de ces dernières années, l’hiver 2002/2003 a été rigoureux, avec deux longues périodes de gel en janvier et février. En mars, les températures clémentes ont permis un débourrement précoce au début du mois d’avril. L’hiver se manifesta encore durant cette période avec des gelées printanières qui ont causé des dégâts dans les parcelles les plus précoces. Par la suite, les températures exceptionnelles enregistrées durant les mois de mai et de juin ont entraîné une avance de trois semaines pour la floraison, qui s’est déroulée de manière très homogène vers le 3 juin.

L’été a été particulièrement chaud et sec. Au cours du mois d’août, les températures ont dépassé les 40°C pendant près de 15 jours ! Les précipitations ont été très faibles voire inexistantes, obligeant les vignes à recourir aux réserves hydriques en profondeur, ce qui a pu poser des problèmes de blocage de maturité sur les terrains légers. Quelques secteurs du vignoble ont également subi des orages de grêle occasionnant de sérieux dégâts. Tous ces facteurs ont bien entendu contribué à réviser à la baisse les volumes prévisibles de récolte et surtout renforcé l’avance de maturité.

Les vendanges

D’un point de vue qualitatif, il faut noter l’excellente qualité sanitaire de la vendange entretenue par la sécheresse inhabituelle de l’été, qui a bridé les maladies cryptogamiques dans leur développement. La faible acidité des moûts a justifié cette année l’autorisation d’acidification, accordée à titre exceptionnel par l’Union Européenne.

Les vendanges ont débuté exceptionnellement tôt :

  • le 25 août pour l’appellation Crémant d’Alsace
  • le 8 septembre pour les appellations Alsace et Alsace Grand Cru
  • le 15 septembre pour les mentions Vendanges Tardives et Sélections de Grains Nobles.

Le volume global de récolte a atteint 1 004 000 hl, en baisse de 18 % par rapport à l’année précédente. Ce volume comprend 822 900 hl (- 19 %) pour l’AOC Alsace, 40 500 hl    (- 8 %) pour l’AOC Alsace Grand Cru et 140 000 hl (-15 %) pour l’AOC Crémant d’Alsace. Si la production de Vendanges Tardives (15 400 hl) est en légère progression, l’excellence de l’état sanitaire a considérablement limité la possibilité d’élaborer des Sélections de Grains Nobles (1 000 hl).

Les vins

Malgré les incertitudes liées aux maturités inégales et aux difficultés de vinification, ce millésime nous réserve de belles surprises. Les Sylvaner et les Muscat d’Alsace en font partie, avec des caractères de raisins mûrs. Les Pinot Blanc et Auxerrois, dont l’acidité a chuté très rapidement, ont été récoltés très vite en août. Les Riesling ont bénéficié des petites pluies du début du mois de septembre, ce qui a leur a permis de passer le cap du blocage de maturité rencontré ici et là sur les terrains légers. Les vins de ce cépage resteront les grandes réussites du millésime. Les Pinot Gris et les Gewurztraminer sont riches avec des acidités basses. Les Pinot Noir ont largement profité du climat exceptionnel et présentent des couleurs exceptionnelles.

Conseil Interprofessionnel des Vins d’Alsace
Mars 2004

Notes de dégustation

Burlenberg 2003 - Marcel Deiss 

Complantation de Pinot Noir et de Pinot Beurrot, le vin est riche, puissant avec un nez sauvage, torréfié et très épicé. La bouche est ample, puissante avec une forte concentration et des tanins murs, qui se montrent gras. Longue finale avec des notes de fruits noirs et d’épices. Un grand vin rouge taillé pour la garde. (Dernière dégustation avril 2008)

Riesling Burgreben 2003 - Marc Tempé 

Originaire d’un terroir marno-calcaro-gréseux en contrebas du village de Zellenberg, le Burgreben est un terroir tardif généralement planté de Gewurztraminer. Récolté à parfaite maturité et élevé plus de deux ans en foudre, ce Riesling est un vin riche aux arômes de citronnelle, dense et gras en bouche avec une acidité suffisante pour conserver un bel équilibre. Une cuvée est partie pour vingt ans de garde sans problème. (Dernière dégustation avril 2007)

Millésime de tous les extrêmes par sa canicule estivale qui a nécessité des vendanges très précoces, 2003 a produit des vins blancs à l’équilibre et au style souvent atypique, ainsi que des rouges particulièrement colorés. Les vins destinés à être consommés rapidement ont été récoltés tôt, ce qui a permis de leur conserver une acidité suffisante, mais leur équilibre fragile a souvent entrainé un vieillissement rapide. Les cuvées les plus abouties ont une fois de plus été récoltées tardivement, permettant une très bonne maturité physiologique, au risque de degrés alcooliques plus élevés, voire de sucres résiduels sensibles. Exemple avec deux vins récoltés tardivement, et élevé longuement sur leurs lies.

Thierry MEYER
Formateur, L’Œnothèque Alsace, 2016

Les Millésimes Alsace

Il n’y a jamais deux vendanges identiques ! Chaque année des conditions climatiques différentes imposent un cadre naturel avec lequel le vigneron compose. Le millésime transpose ces variations dans la perception de la qualité d’un vin. Il donne par ailleurs des indications quant au vieillissement en bouteille.

Découvrez les 20 derniers millésimes et ceux qui sont entrés dans la légende des grands vins :