Les Millésimes Alsace

Année 2004

Grande année

Après le caractère extraordinaire du millésime 2003, l’année 2004 annonce un retour à la normale, ce qui est jugé plutôt rassurant par les professionnels.

Retour à l’équilibre

Le climat

Revenons sur le déroulement de cette année. L’hiver fut somme toute assez classique avec un léger redoux fin janvier. On a cependant continué à enregistrer un déficit de pluviométrie. Au début du printemps, le temps est resté variable et couvert. Le débourrement s’est déroulé vers la mi-avril, la sécheresse continue du printemps faisant craindre un retour des conditions climatiques enregistrées en 2003. Vers la mi-juin, les pluies et la fin de la floraison, qui fut assez régulière et homogène, ont contribué à redonner confiance aux professionnels. Pourtant ces conditions plus humides ont entraîné une forte poussée d’oïdium, nécessitant une grande vigilance de la part des exploitants viticoles. Bon nombre d’entreprises ont entamé en juillet des campagnes de vendanges en vert dans la perspective de maîtriser au mieux les rendements d’une vendange qui s’annonçait généreuse. Le mois d’août fut assez contrasté avec de nombreuses pluies, mais le début du mois de septembre a vu le retour de conditions anti-cycloniques très favorables qui ont permis non seulement d’achever la maturation mais surtout de préserver un état sanitaire parfait des raisins.

Les vendanges

Il faut noter, au début des vendanges, l’excellente maturité des raisins ainsi que leur parfait état sanitaire, ce millésime 2004 marquant un retour à des niveaux d’acidité normaux, en comparaison avec à 2003. Les pluies abondantes enregistrées à partir du 20 octobre sont venues tempérer les espoirs d’un grand millésime avec l’apparition de foyers de pourriture grise, ce qui a conduit les producteurs à rentrer plus rapidement leur vendange afin de préserver l’équilibre si caractéristique du millésime.

Compte des différences de précocité entre les cépages, les dates d’ouverture des vendanges ont été les suivantes pour 2004 :

  • Le 20 septembre pour l’AOC Crémant d’Alsace.
  • Du 30 septembre au 11 octobre pour les cépages de l’AOC Alsace et de l’AOC Alsace Grand Cru

La récolte de Vendanges Tardives et de Sélections de Grains Nobles n’a pu intervenir qu’au minimum 15 jours après l’ouverture du ban de vendange, par cépage et appellation.

Le volume global de récolte s’élève à 1 263 564 hl. Ce volume comprend 1 003 183 hl (+3% / moyenne) pour l’AOC Alsace, 45 435 hl (+2,1% / moyenne) pour l’AOC Alsace Grand Cru et 214 946 hl (+35,6% / moyenne) pour l’AOC Crémant d’Alsace. La forte hausse de la production de Crémant d’Alsace a permis de restaurer des stocks réduits suite aux fortes ventes enregistrées pour cette appellation. Les conditions météorologiques de fin de vendange ont limité la production de Vendanges Tardives et Sélections de Grains Nobles à respectivement 11 059 hl et 1 465 hl.

Les vins

Les Crémant d’Alsace soulèvent l’enthousiasme des professionnels par leur finesse. Les vins bénéficient d’une bonne fraîcheur conforme à la typicité traditionnelle de nos appellations. Ils sont très bien équilibrés, fins et surtout très aromatiques à l’image des Sylvaner, Muscat, Pinot Blanc et Riesling. Ces deux derniers cépages s’avèrent être parmi les plus belles réussites de ce millésime. Les Pinot Noir présentent des intensités colorantes un peu moins denses qu’en 2003, mais restent corsés et très élégants. Les Gewurztraminer et surtout les Pinot Gris, qui ont pu souffrir des conditions pluvieuses de fin de vendanges, sont malgré tout bien fruités.

Conseil Interprofessionnel des Vins d’Alsace
Mars 2005

Notes de dégustation

Grand Cru Hengst Gewurztraminer 2004 - Zind-Humbrecht

Le nez est ouvert, quittant rapidement le registre variétal (jasmin, litchi) pour prendre des notes d’épices, de cuir et de fumée. La bouche est ample, très puissante et minérale, évoluant sur un équilibre dense et presque sec avec du gras. La fin de bouche est longue, très puissante, épicée et fumée. Un vin d’équilibre sec marqué par le terroir, déjà expressif jeune mais taillé pour la grande garde. (Dernière dégustation juillet 2009)

Grand Cru Schlossberg Riesling Vendanges Tardives Trie Spéciale 2004 - Domaine Weinbach

Si 2004 fut une année délicate pour produire de grands Riesling sur terroirs marneux ou calcaires, les terroirs les plus drainants comme le granitique Schlossberg ont favorisé une bonne maturation du Riesling. Phénomène plus rare sur le Schlossberg, les pluies d’octobre ont entrainé le développement rapide d’une pourriture noble de grande qualité, les baies de Riesling se colorant en rose en quelques jours. Un passage dans les plus vieilles parcelles du domaine situées en milieu de coteau a permis cette production unique d’une cuvée de vendange tardive « trie spéciale ». Véritable essence de Riesling botrytisé, avec ses arômes de citron confit et de pamplemousse rose, le vin offre en bouche une pureté cristalline et une fine salinité qui rend le moelleux discret et très élégant. Un vibrant hommage au premier terroir classé Grand Cru en Alsace (87 g/l de sucre résiduel). (Dernière dégustation novembre 2010)

Un millésime classique porté par une belle combinaison de fraîcheur et de maturité, avec des vins qui évoluent très bien au vieillissement lorsqu’ils ont été récoltés suffisamment tardivement, en particulier après les épisodes pluvieux du mois d’octobre. L’apparition tardive de botrytis a permis la production de vins riches voire parfois moelleux, toujours très aboutis. Illustration avec un Gewurztraminer et un Riesling.

Thierry MEYER
Formateur, L’Œnothèque Alsace, 2016

Les Millésimes Alsace

Il n’y a jamais deux vendanges identiques ! Chaque année des conditions climatiques différentes imposent un cadre naturel avec lequel le vigneron compose. Le millésime transpose ces variations dans la perception de la qualité d’un vin. Il donne par ailleurs des indications quant au vieillissement en bouteille.

Découvrez les 20 derniers millésimes et ceux qui sont entrés dans la légende des grands vins :