Grand Cru

Gloeckelberg

Rodern & Saint-Hippolyte

Puissance et élégance, telles sont les empreintes du « mont des clochettes », terroir ensorcelé peut-être, ensorcelant sans doute, depuis les lueurs médiévales jusqu’à nous.

  • Type de sol Granitique
  • Surface en hectares 23.4
  • Exposition Sud, Sud-Est
  • Commune Rodern & Saint-Hippolyte
  • Altitude 250 à 360m
  • Encépagement (en % par cépage)
    • Pinot Gris 61%
    • Gewurztraminer 35%
    • Riesling 4%
Découvrir la carte interactive »

Grand Cru Gloeckelberg

Les vins

Les vins du Gloeckelberg sont amples, riches, complexes.

Le lien au terroir

Le lien au terroir

Les vins sont volumineux, avec une acidité fine et persistante. 

Le nez est habituellement concentré, mielleux, tout en finesse. Les marqueurs aromatiques dominants sont ceux des fruits confits, du coing, de la figue, de l'ananas bien mûr, associés à des notes de fleurs blanches (bouillon blanc, acacia) et à des nuances fumées.

La bouche se caractérise par une attaque douce, de velours, et évolue vers une sensation saline sur la longue. La très belle harmonie entre sucre et acidité rend ces vins remarquables.

Choisir et servir

Potentiel de garde

La précocité du terroir et le travail des vignerons permettent d'obtenir des vins de qualité constante. Les millésimes frais (1987, 1996, 2001, 2008, 2010) sont marqués par la vivacité de leur acidité ; les millésimes de grande maturité (1988, 1989, 1990, 2000, 2005) développent une finesse caractéristique. Seules les années aux conditions de stress hydriques extrêmes comme 2003 mettent ce terroir en difficulté.

Le Gloeckelberg donne des vins qui peuvent s'ouvrir jeunes ; cependant, leur garde est importante. Ainsi les millésimes 2004 et 2007 sont aujourd’hui proches de leur apogée.

Accords majeurs

Les vins du Gloeckelberg permettent notamment d'accompagner :

  • un foie gras et son confit de figues
  • un tartare de céleri, poire et roquefort
  • un tajine d'agneau
  • une cocotte de poulet à la mangue
  • un Baeckaoffa aux fruits d'hiver
  • une crème brulée
  • un feuilleté de poires, sabayon à la cannelle
  • un crumble aux fruits rouges
Glockenberg
Glockenberg2-2

Grand Cru Gloeckelberg

Le terroir

La nature

Ce Grand Cru pentu, d’une culture difficile se distingue par la qualité de son climat, favorable à la chaleur et donc à la maturité précoce du raisin. Couvés par les montagnes, les ceps de ce terroir granitique donnent naissance à des vins de finesse et de garde.

Lieu

Le Grand Cru Gloeckelberg est situé très majoritairement sur le ban de Rodern, et pour une petite partie, à Saint-Hippolyte. Les coteaux en pente sont exposés sud et sud-est. Si la partie supérieure du Grand Cru est caractérisée par de fortes pentes, elles s’adoucissent dans sa partie inférieure, créant un effet d'entonnoir qui assure une bonne circulation de l'air.

Ce terroir se situe à l'Ouest de la faille vosgienne, à l'extrémité Nord du champ de fracture de Ribeauvillé. Ici, les tensions tectoniques, au moment de l'effondrement du fossé rhénan, ont été importantes, créant des reliefs et des rejets de faille importants.

Sol

La roche mère est constituée de granite dit porphyroblastique de Thannenkirch, reconnaissable à de grands cristaux de feldspaths potassiques, mêlés à ses autres principaux constituants minéraux que sont le quartz et le mica.

Les granits, exposés aux conditions météorologiques, s'altèrent en se désagrégeant pour former un manteau meuble, appelé arène, dont l'épaisseur varie selon l'exposition topographique. Ces sols granulaires, sables grossiers à réaction chimique acide, font partie des sols brunifiés.

Sur le haut du lieu-dit des débris schisteux et gréseux se mêlent au granite. Ces sols ont une réserve utile en eau faible et peuvent souffrir de sécheresse en année chaude. En bas de coteaux, l’accumulation de colluvions permet une meilleure alimentation hydrique, notamment en fin d’été.

Microclimat

La région de Centre Alsace, bien à l’abri du massif vosgien, qui présente ici ses sommets les plus élevés (Brézouard, 1228m), est une des régions les moins arrosées de France. Sur le Gloeckelberg les précipitations se situent entre 600 et 700mm par an. De plus, l’exposition des coteaux au Sud-est avec un horizon parfaitement dégagé vers l’est, des pentes fortes surtout vers le haut du site et une altitude modérée, font bénéficier ce Grand Cru de conditions thermiques excellentes. Ajouté à un sol qui se réchauffe très facilement au printemps, les conditions sont réunies pour favoriser la précocité et la bonne maturité des raisins.

Encépagement

Pinot Gris et Gewurztraminer représentent plus de 95 % des vins revendiqués dans ce Grand Cru.

Ces deux cépages sont particulièrement adaptés à ce terroir : la précocité du lieu comme la contrainte hydrique favorisent l'arrêt de croissance et permettent d'obtenir une grande maturité des raisins.

Par ailleurs, la topographie et le micro-climat du lieu-dit provoquent souvent un début de passerillage ayant pour effet de concentrer encore davantage la récolte.

Les hommes

Sur le « Kleckelberg » (mont des clochettes) se rassemblaient dit-on des sorcières. Aujourd’hui, la magie appartient aux vignerons qui cherchent à refléter dans leurs vins les beautés et vertus de la nature.

​La transmission d'un héritage

Les archives régionales témoignent du prestige que les grands de ce monde attachaient autrefois aux vins du Gloeckelberg. Dès 1338, les frères Jean et Rodolphe de Reichenberg, chevaliers de l'ordre de Malte, détiennent des possessions dans le lieu-dit qui sera plus tard celui du Grand Cru Gloeckelberg.

Quelques années plus tard (autour de 1343), l'œuvre Notre Dame et l'Église Saint-Thomas de Strasbourg se partagent, avec le couvent Sainte-Catherine de Colmar, la propriété du cru sur laquelle la reine de Hongrie perçoit une rente de trois mesures et demi de vin.

En 1370, la localité de Rodern participe à la vie de la léproserie de Sélestat par un don perpétuel garanti sur les vignes du Gloeckelberg.

À la fin du XIXème siècle, cette vigne abreuve également l'abbaye de Marmou­tier.

L'amour de la vigne et de la terre

Aujourd’hui plus que jamais, les soins apportés à ce vignoble sont importants. Ils sont également ardus, en raison de la forte pente du Cru. Les vignerons travaillent ici un vignoble à faible réserve hydrique, et sensible à l'érosion.

La densité de plantation préconisée est au minimum de 5 000 pieds par hectare afin de favoriser une meilleure colonisation du sol par les ceps. Le travail du sol et l'enherbement participent du même objectif. Afin de garantir la meilleure maturité possible, la récolte doit être limitée au seuil de l'appellation.

Aux yeux des vignerons, la protection de l'environnement et de la biodiversité du Gloeckelberg est primordiale. L'ensemble du ban viticole est ainsi protégé des vers de la grappe par la confusion sexuelle, tandis que la plantation d'arbres est encouragée.

Les vignerons du Grand Cru Gloeckelberg ont particulièrement à cœur la mise en relief de l'identité qualitative du site. Si les rendements sont limités, la chaptalisation proscrite et l'augmentation de la densité de plantation favorisée, c’est bien pour récolter des raisins qui expriment au mieux ce terroir.

Pour poursuivre la culture de ces coteaux dont les coûts de production sont très élevés, la voie à suivre ne peut être que celle d'une viticulture ambitieuse permettant d'obtenir des vins uniques.