Grand Cru

Kirchberg de Barr

Barr

Telle la clé de voûte soutenant l’édifice, ce terroir offre à ses vins une structure puissante et épurée.

  • Type de sol Marno-calcaire
  • Surface en hectares 40,63
  • Exposition Sud-Est
  • Commune Barr
  • Altitude 220 à 350m
  • Encépagement (en % par cépage)
    • Gewurztraminer 53%
    • Riesling 30%
    • Pinot Gris 16%
    • Muscat 1%
Découvrir la carte interactive »

Grand Cru Kirchberg de Barr

Les vins

Les vins du Kirchberg de Barr impriment en bouche une incomparable sensation de fraîcheur qui transcende chaque cépage. Ils allient la finesse aromatique à une bouche structurée et puissante. Leur capacité de vieillissement est très importante : ils peuvent grandir dix ou vingt ans sans aucune difficulté.

Le lien au terroir

Les spécificités des vins

Le Riesling : il arbore généralement des notes d'agrumes, un nez puissant mais fin, qui évolue très doucement avec les années et conservant sa finesse – même après un vieillissement supérieur à 10 ans. La bouche est puissante et structurée par une acidité subtile.

Le Pinot gris : son nez est légèrement fumé et se distingue par des notes de fruits mûrs. Sa superbe acidité en fait un vin de gastronomie, apte à soutenir d'éventuels sucres résiduels.

Le Gewurztraminer : ce vin possède un nez très complexe mais fin. En général on retrouve les épices, la réglisse, la rose, le jasmin, le menthol, la truffe, le miel, et la cire d'abeille après un certain vieillissement. La bouche montre beaucoup d’harmonie, avec toujours de la fraîcheur, y compris en vendanges tardives et sélections de grains nobles. Un ensemble long et frais.

Le Muscat : une note très fruitée, typique du raisin muscat, et la minéralité du grand cru.

La puissance des vins du Kirchberg de Barr révèle la majesté de ce Grand Cru

Leur structure est ferme, empreinte d’une acidité vigoureuse et épurée. Cette fraîcheur donne la sensation au dégustateur que le vin forme d’abord un socle sur la langue pour que sa complexité aromatique puisse ensuite s'épanouir. La longueur du vin prolonge la ligne vigoureuse dessinée en milieu de bouche, et favorise l’expression d’une minéralité intense.

Cette ossature marque chaque cépage. Le Riesling affirme ici avec majesté sa tension naturelle ; ses vins sont d’une rare précision. Les Pinot Gris et Gewurztraminer apportent, par leur générosité, une impression de volume, et sont marqués par des notes de fruits jaunes pour le premier, et par la rose, selon de multiples nuances, pour le second.

Romain Ilitis
Meilleur sommelier de France 2012 & Meilleur Ouvrier de France 2015 

Choisir et servir

Les millésimes

Au niveau aromatique, il faut un peu de temps pour que les riesling et les pinot gris s’expriment pleinement. Ils développent avec le temps des qualités particulières de corps, de fruité délicat et d'arômes épicés, caractéristiques des terroirs marno-calcaires. Les gewurztraminer en revanche parlent haut et fort dès leur plus jeune âge dans un registre olfactif floral et épicé.
Les kirchberg de barr sont  des vins de très grande garde.

Si ce Grand Cru est un peu « brut » dans sa jeunesse, quatre ou cinq de garde lui permettront de s’harmoniser, pour ensuite se patiner et vieillir admirablement.

Lors de millésimes tardifs : la pureté, la droiture, dominent à travers tous les cépages. Par leur franchise et leur minéralité, ces vins séduiront assurément.

Lors de millésimes précoces : une légère enveloppe de matière apaise la vigueur des vins, qui ne perdent pas pour autant leur éclat. Leur minéralité est rehaussée avec charme. 

Romain Ilitis
Meilleur sommelier de France 2012 & Meilleur Ouvrier de France 2015 

Les accords majeurs

Accords mets-vins

Ce cru, par son caractère affirmé, permet aux plats relevés et de grande puissance aromatique de trouver un très bon compagnon. Poissons en croûte, quenelles de brochet, matelote, sont ici bienvenus, la charpente des vins permettant d’affiner la texture onctueuse des plats. Les préparations épicées, indiennes ou orientales, sont quant à elles apaisées par l’expression des vins du Kirchberg de Barr.

Romain Ilitis
Meilleur sommelier de France 2012 & Meilleur Ouvrier de France 2015 

Ce sont des Gewurztraminer gastronomiques faciles à recommander pour accompagner un repas en raison de leur équilibre dû à une fraîcheur provenant du terroir. Ces vins mettent en relief l’acidité utile à l’expression aromatique, à l’équilibre du vin et à ses aptitudes au vieillissement.

Au palais, plein et charpenté, bien rehaussé par la signature alerte d’une vivacité noble, le Pinot Gris reflète les qualités des vins conçus pour la gastronomie.

 Serge Dubs

Kirchberg-barr
Kirchberg-barr2
Kirchberg-barr3-2
Kirchberg-barr4

Grand Cru Kirchberg de Barr

Le terroir

La nature

Orienté au Sud-Sst, abrité des vents du Nord par la forêt qui coiffe la colline, doté d'une forte pente, le Kirchberg réunit les conditions idéales à la récolte de vins de caractère. C’est un terroir riche, argileux - d'où leur puissance ; et calcaire - d'où leur fine acidité minérale.

Lieu

Le Grand Cru Kirchberg de Barr se situe à l’Est du massif du Champ du Feu sur le versant d’une colline sous-vosgienne qui domine Barr. Les parcelles s’étendent sur un coteau abrupt, avec des pentes de 30° par endroit, qui dévalent jusqu’au pied de la ville. Il est exposé au Sud-Est, à une altitude variant entre 220 et 350 m, précisément au-dessus de l’église d’où son nom.

Sol

Le Kirchberg de Barr est situé sur la pointe Sud du champ de fracture de Saverne. Les sols font partie des sols bruns calcaires, sur calcaire du bajocien à la base et en amont sur conglomérat de l’oligocène. À certains endroits, le sol est plus marneux. De nombreux cailloux calcaires sont présents et permettent un bon enracinement de la vigne. L’aptitude au réchauffement peut être qualifiée de moyenne à bonne.

Micro-climat

De par son orientation, sa pente, et son altitude (220 à 350m), le coteau reçoit intensément le rayonnement solaire. Les températures y sont plus élevées que dans les environs, l'air froid s'y écoulant vers le bas. 

La nature marno-calcaire du Grand Cru, très caillouteuse, lui permet de capter et d'emmagasiner la chaleur du jour pour la restituer la nuit. Enfin, l'orientation sud/sud-est l’abrite des vents froids venus du nord. Au final, Le Kirchberg de Barr est un terroir drainant, aéré d’ouest en est, thermique, très favorable au mûrissement lent mais régulier des raisins.

Encépagement

Le Gewurztraminer est majoritairement cultivé sur le Kirchberg de Barr, il en est le cépage emblématique. Le dicton raconte d’ailleurs que c’est sur ce coteau que fut planté le premier pied de Gewurztraminer en Alsace.

Mais le Kirchberg est polyvalent, on y produit aussi bien de grands vins secs que de très beaux liquoreux. Jusqu’au Pinot Noir, non reconnu pour le moment en appellation Grands Crus, mais qui trouve sur ce site, avec ce micro-climat chaud et la présence de calcaire, un terroir d’élection. Chacun de ces cépages exprime et reflète la typicité du Kirchberg, sa complexité, sa salinité.

Les hommes

Sensibles à la diversité des cépages que ce Grand Cru est capable de magnifier, les vignerons d’aujourd’hui perpétuent une tradition viticole identifiée dès le XVIIIème siècle.

La transmission d’un héritage

Le Kirchberg, qu’on traduit littéralement par « mont de l’église » doit son nom à la Chapelle Saint Martin jadis érigée au sommet de la colline. 

Les vignes de Barr sont mentionnées dès le VIIIème siècle dans un document émanant de l’Abbaye de Fulda. Cette abbaye du centre de l’Allemagne est aux vins du Rhin ce que Cîteaux est à la Bourgogne : elle a eu une influence déterminante sur la délimitation et la reconnaissance des grands terroirs alsaciens, dont le Kirchberg et bien d’autres.

Au XVIème siècle, Barr était une cité viticole importante avec 600 viticulteurs qui vivaient du fruit de la vigne. Le clocheton qui surmonte l’Hôtel de Ville était jadis destiné à prévenir de l’arrivée d’un acheteur de vin dans la ville. (Victor Canales – Synvira)

Le Kirchberg était un lieu-dit connu et apprécié dès 1760 mais, bien avant d’être officiellement choisi pour entrer dans le classement des Grands Crus alsaciens, ce terroir a surtout bénéficié de la réputation des deux Clos qu’il englobe : le Clos Zisser  et le Clos Gaensbronnel.

Le Kirchberg de Barr a fait partie des 25 premiers lieux-dits entrant dans l’appellation Grand Cru en 1982.