Grand Cru

Ollwiller

Wuenheim

Les vins, ici, puisent leur caractère dans les profondeurs d’un sol lourd et d’un passé tumultueux. À l’image de son château maintes fois relevé de ses ruines, ce terroir produit des vins empreints de force et de grandeur.

  • Type de sol Marno-gréseux 
  • Surface en hectares 35,86
  • Exposition Sud-Est
  • Commune Wuenheim
  • Altitude 260 et 330m
  • Encépagement (en % par cépage)
    • Riesling 64%
    • Pinot Gris 17%
    • Gewurztraminer 18%
    • Muscat v
Découvrir la carte interactive »

Grand Cru Ollwiller

Les vins

Profonds et délicats, les vins du Grand Cru Ollwiller sont à l’image de leur terroir et se démarquent par leur générosité.

Le lien au terroir

Les vins d’Ollwiller sont à l’image de leur terroir, profonds et délicats. Particulièrement fins et élégants ils ont une grande aptitude au vieillissement. L’âge des vignes (permettant aux racines d’accéder au socle calcaire riche en minéraux) et la maîtrise des rendements sont des éléments déterminants dans la réussite de grands vins sur ce terroir.

Ce Grand Cru se démarque par sa générosité.

Sa situation au sud du vignoble lui confère un caractère solaire. Une haute maturité est de mise sur ce terroir, imprimée par une grande concentration en sucres. L'acidité des vins est enrobée, parfois tendre – et ce, même dans les vins secs. Elle affine la densité des vins dont la fin de bouche reste sapide grâce à des amers d’une ample noblesse.

Tous les cépages sont empreints de notes exotiques : fruits de la passion pour les Riesling ; mangues confites pour les Pinot Gris et les Gewurztraminer. Une note miellée confère un toucher de bouche subtilement onctueux aux vins.

Romain Ilitis
Meilleur sommelier de France 2012 & Meilleur Ouvrier de France 2015  

Choisir et servir

Plaisants dès leur prime jeunesse, les vins de l’Ollwiller engagent cependant à la patience. 

La richesse de leur matière rend les vins issus du Grand Cru Ollwiller plaisants et friands dès leur jeunesse. On pourra les consommer dès deux ans.

Lors de millésimes précoces : La sensation de tendresse est évidente, mais les vins sont digestes. Des arômes d'amandes amères apportent une plaisante touche oléagineuse.

Lors de millésimes tardifs : La matière de vins est dense et onctueuse. Leur gourmandise est accentuée par l'expression de fruits blancs très mûrs, qui complètent la palette aromatique.

Romain Ilitis
Meilleur sommelier de France 2012 & Meilleur Ouvrier de France 2015  

Les accords mets-vins

Riesling : à déguster à une température de 10°, le Riesling du Grand Cru Ollwiller est marqué par un caractère droit et une grande finesse. Son côté agrume et minéral accompagne à merveille les plats nobles tels qu'un filet de dorade cuit à l'unilatéral accompagné d'une réduction de jus d'orange et carotte, un carpaccio de Saint-Jacques ou encore un poulet au citron confit.

Pinot Gris : puissant et capiteux le Pinot Gris exprime des arômes de fruits jaunes (pêche et ananas) avec des notes fumées. À découvrir sur un nougat façon foie gras (farci aux fruits secs), une caille snackée au miel ou une fourme d'Ambert au sirop d'érable.

Gewurztraminer : il offre un nez puissant aux arômes floraux et exotiques et une bouche riche et opulente. Sa puissance gustative lui permet d'accompagner des langoustines Tandoori, un munster affiné à cœur ou un entremet à la mangue et ananas.

Muscat : son nez typé de raisin surmuri dévoile un vin à la bouche ronde rehaussé par une acidité fine et longue. A découvrir en apéritif, sur une tarte au citron ou une nage de melon au Muscat.

La densité des vins de ce Grand Cru ainsi que leur touche de rondeur appellent des plats où se glisse une note sucrée. Les gastronomies orientales ou indiennes, qui accommodent souvent les épices et les fruits, seront ici des choix gagnants. Le moelleux des vins se mêlera à la puissance aromatique des plats, et leurs amers prolongeront le plaisir gustatif en fin de bouche.

 Romain Ilitis
Meilleur sommelier de France 2012 & Meilleur Ouvrier de France 2015 

Ollwiller-1
Ollwiller-5
Ollwiller-6
Ollwiller-4

Grand Cru Ollwiller

Le terroir

La nature

Le climat lumineux de ce Grand Cru à dominante sableuse, la richesse de ses sols composites, participent à la naissance de vins remarquables. Le soleil et la terre jouent avec le terroir de l’Ollwiller une partition délicate.

Lieu

Niché au sud de l’Alsace et voisin du Grand Cru Rangen, l’Ollwiller se situe comme lui sur le champ de fracture géologique de Thann. Ce sont les deux seuls grands terroirs à appartenir de cette faille. Orienté au sud-est, le Grand Cru Ollwiller bénéficie comme son voisin d’un ensoleillement intense, dont profitent pleinement ses sols et ses raisins. 

Au pied de la montagne du Vieil-Armand, le Grand Cru Ollwiller dessine un amphithéâtre entre le château qui lui donne son nom et la petite commune de Wuenheim. Dans ce cadre paisible, les vignes grimpent en pente douce, entre 260 et 320 mètres d’altitude.

Sol

C’est un sol brun lessivé sur alluvions de la plaine du Rhin. Ceux-ci reposent sur des conglomérats d’agile et de calcaire de l’oligocène. La base du coteau est recouverte de loess éolien calcaire. Les nombreux galets roulés permettent un bon enracinement de la vigne. La réserve hydrique dans ce sol est bonne, surtout au bas du Grand Cru.

Micro-climat

Ce terroir orienté Sud/Sud-Est est protégé des vents dominants par les montagnes du Freundstein et du Vieil Armand. La maturation est relativement tardive, en relation avec la présence toute proche de la forêt vosgienne et de l’altitude déjà élevée. Les précipitations se situent vers 800-900mm car la trouée de Belfort est à proximité. Malgré tout, ce Grand Cru bénéficie d’une très bonne exposition et d’un horizon dégagé vers le soleil levant. Les pentes s’étagent entre 10 et 30%.

Les hommes

Les destinées du Grand Cru Ollwiller et du château portant le même nom sont intimement liées. Maintes fois dévastés par les hordes guerrières, le château et le vignoble renaîtront de leurs ruines, puisant dans la douloureuse expérience l’impulsion nécessaire à restaurer leur renommée.

La transmission d'un héritage

Wuenheim apparaît au XIIème siècle sous le nom de Wunach, toponyme qui, selon certains chercheurs, viendrait de Wunne, terre défrichée, notion qui renvoie au défrichement des forêts pratiqué par les moines pour rendre la terre cultivable.

Ainsi, comme beaucoup d’autres Grands Crus alsaciens, c’est aux moines cisterciens, paysans et intellectuels que l’Ollwiller doit ses lettres de noblesse. (Victor Canales)

Au début du XIIIème siècle, le comte de Ferrette, vassal de l'Évêque de Strasbourg, cède son fief agricole et viticole à l’Abbaye cistercienne du Lieu Croissant. Ces terres sont revendues en 1260 aux comtes de Waldner qui y édifièrent un premier château vers 1261.

L’édification du château contribua sans nul doute à l’essor du vignoble qui subvenait alors aux besoins de “vins de messe” des prélats de Bâle et en particulier des cisterciens de l’abbaye de Lucelle, aux confins de l’Alsace et de la Suisse. 

Le château, détruit au début du XVIIIème siècle, fut reconstruit en 1752 par Dagobert de Waldner, lieutenant général du Roi. De nombreuses personnalités, dont Louis XV, séjournèrent dans la somptueuse demeure. 
Le château et le domaine furent acquis en 1825 par Jacques-Gabriel Gros, industriel textile, qui fît du domaine agricole une ferme modèle et un vignoble rénové.

Mais la première guerre mondiale, au cours de combats meurtriers entre les armées françaises et allemandes, laissera le village et son château en ruines, son vignoble décimé.

Face à ces tragiques évènements, les vignerons choisirent de s’associer pour relever le défi de la restructuration de leurs domaines viticoles. De cet effort de travail en commun est née l’idée d’une coopérative, qui a vu le jour en 1959 et qui, pour honorer la mémoire des vies sacrifiées durant ces sombres années, a pris le nom de « Vieil Armand », dérivation phonétique française de  «Hartmannswillerkopf », montagne qui a abrité les plus sanglants combats.

Aujourd'hui, le Château d’Ollwiller est l'un des 2 seuls châteaux à produire du vin en Alsace sous la dénomination Château tandis que le Grand Cru d’Ollwiller continue à écrire l’histoire à travers des vins somptueux qui expriment la minéralité complexe du terroir.

L'amour de la vigne et de la terre

Le Grand Cru Ollwiller a fait le pari de l’environnement en pratiquant l’enherbement entre les rangs de vigne. Ses sols profonds permettent cette technique culturale sans préjudice qualitatif pour la vigne.

On peut par ailleurs constater sur l’Ollwiller l’un des biotopes les plus diversifiés du vignoble. Il n’est pas rare de croiser un chevreuil, un lièvre, une coccinelle et quelques tulipes sauvages lorsqu’on se promène sur les douces pentes du vignoble.

L’Ollwiller inscrit son avenir dans l’univers des très grands vins. À son actif, des siècles de tradition, une histoire difficile parfois destructrice, une réflexion profonde et le travail incessant et volontaire d’hommes qui ont su rétablir un héritage remontant au premier cep de vigne planté sur ces coteaux.

L’incessante recherche du graal qualitatif, en toute simplicité, voilà l’objectif que se fixaient les vignerons d’hier et qui motive les vignerons d’aujourd’hui et de demain.