Grand Cru

Rosacker

Hunawihr

Le Rosacker doit son nom au rosier sauvage. Les vins qui fleurissent sur ses coteaux déploient la même finesse de composition, empreinte de pureté et de complexité.

  • Type de sol Calcaire dolomitique
  • Surface en hectares 26,18
  • Exposition Est, Sud-Est
  • Commune Hunawihr
  • Altitude 260 à 330m
  • Encépagement (en % par cépage)
    • Riesling 65%
    • Gewurztraminer 23%
    • Pinot Gris 12%
Découvrir la carte interactive »

Grand Cru Rosacker

Les vins

Marqués par une forte personnalité, les vins du Rosacker sont purs et complexes. Ils se prolongent en bouche avec finesse et durée.

Le lien au terroir

Le caractère tardif et sec du terroir ainsi que l'ombre portée par le massif vosgien permettent une maturation lente et saine des raisins. Ceci confère aux vins une grande pureté aromatique (il y a ici peu de botrytis) ainsi qu'une grande complexité (liée à la maturation lente). 

Le sol profond procure une alimentation hydrique et minérale régulière, gage d'une maturation homogène. Ainsi, les troubles physiologiques de la vigne dûs à des coups de chaud ou à des stress hydriques sont rarissimes. 

Les vins ne sont jamais tanniques ou asséchants. Le sol, de nature calci-magnésienne, est par nature faiblement pourvu en potasse. Il en résulte une moindre salification de l'acide tartrique, conférant au vin une puissante structure acide. Les vins du Rosacker se distinguent ainsi par leur forte acidité mûre, très "tartrique".

En résumé, les vins du Rosacker sont purs et complexes, et ne présentent pas d'amertume ou de notes grillées. Les Riesling sont secs, puissants, concentrés. Ils présentent des arômes mûrs, sans aller jusqu’à la surmaturité. Leur bouche révèle généralement une belle salinité, qui renforce la tension du vin. Les Gewurztraminer sont quant à eux riches, dans un style doux, mais rarement liquoreux. Ils associent la richesse naturelle du cépage à la fraîcheur développée par le terroir. Ainsi, les Gewurztraminer du Rosacker ne sont jamais lourds. Les Pinot Gris peuvent être secs ou doux, mais là encore, acidité et salinité assurent leur équilibre.

Ce terroir possède une des plus fortes personnalités du vignoble. 

C'est un lieu-dit qui donne une grande charpente au vin, par sa tension et par sa chair. 

La fin de bouche de ce Grand Cru est subtile et précise, donnant aux vins du caractère, et une allonge quasi interminable !

Le Riesling décline ici des notes végétales et nobles, comme celles du laurier, du chèvrefeuille, de la fleur d'acacia. Le Pinot Gris évolue sur les fruits blancs frais, tandis que le Gewurztraminer décline des notes parfumées et captivantes de fleurs de printemps.

Romain Ilitis
Meilleur sommelier de France 2012 & Meilleur Ouvrier de France 2015 

Choisir et servir

Les millésimes

Le Rosacker est un vin de garde. 

Les Riesling développent avec l'âge de fines notes minérales – mais ils ne "pétrolent" jamais. Leur bouche gagne en volume et en harmonie. Les Gewurztraminer gardent leur vivacité et développent leur complexité aromatique potentielle. Les Pinot Gris prennent du volume, sans perdre leur fraîcheur initiale.

Les vins jeunes possèdent une certaine austérité et procurent une sensation serrée. Mais après quatre ans, la bouche prend du volume ; les vins de ce Grand Cru déclinent alors tout leur potentiel aromatique et minéral.

Lors de millésimes précoces : à maturité, la structure de bouche procure une sensation sphérique. Les notes végétales et nobles se retrouvent, alliées aux fleurs séchées et à la cire d'abeille. Une salinité typique, de « pierre à fusil » se dégage nettement.

Lors de millésimes tardifs : une grande droiture définit le vin en bouche, doté alors d’une matière plus tonique. Cet esprit tranchant fait détoner l’expression aromatique en notes multiples d'herbes fraîches, de minéralité, de pierre à fusil.

Romain Ilitis
Meilleur sommelier de France 2012 & Meilleur Ouvrier de France 2015  

Les notes d'herbes aromatiques sont de très beaux détonateurs gustatifs. Les poissons, les coquilles Saint-Jacques et les viandes marinées, en tartare ou en papillote, généralement associés aux herbes, s’allient à la forte présence aromatique des vins de ce Grand Cru. Les plats associant des fleurs sont également à la fête. Le Gewurztraminer, avec ses notes florales, s'associe aux desserts composés de fruits rouges.

Romain Ilitis
Meilleur sommelier de France 2012 & Meilleur Ouvrier de France 2015  

Rosacker1
Rosacker2-2
Rosacker3

Grand Cru Rosacker

Le terroir

La nature

L’équilibre caractérise ce grand terroir très favorable au Riesling par son caractère tardif et sa composition marno-calcaire. Le micro-climat très tempéré du site favorise des maturations lentes, et offre des vins de grande longévité.

Lieu

Situé sur la commune de Hunawihr, le Grand Cru Rosacker forme un quadrilatère longeant le flanc Nord du village et s'élevant jusqu'à l'entrée du vallon fermé, en haut du village. Situé entre 260 et 330 mètres d’altitude, le coteau exposé Est, Sud-Est, regarde la plaine d’Alsace.

Si la pente, est douce dans sa partie basse et médiane, elle est en revanche plus accentuée dans sa partie haute, sans toutefois nécessiter de culture en terrasse.

Sol

Formé durant la période géologique du Trias germanique, le Rosacker repose sur une roche mère de Muschelkalk et de Lettenkhole. Il s'agit là de calcaire sédimentaire de type coquillier (cératites) datant de 235 à 245 millions d'années, plus ou moins dolomitisé.

Le sol du Grand Cru Rosacker est marno-calcaire, calci-magnésique, pourvu de cailloutis calcaires et dolomitiques. D’une profondeur de 1.50 mètres en moyenne et de texture lourde, sa structure est cependant aérée par des éboulis siliceux de grès vosgien. Les réserves hydriques y sont bonnes (150 mm de réserve utile en moyenne). La pente est ici douce et modérée. Elle se renforce toutefois dans sa partie haute et à l'entrée du vallon fermé, en haut du village.

Micro-climat

La proximité du Rosacker avec le massif vosgien auquel il s'adosse lui confère, par un effet d'ombre portée, un climat plus frais – mais aussi plus sec – que celui des vignobles avoisinant. Pour ces raisons, le terroir du Rosacker est considéré comme tardif et sec. Protégé par le vallon fermé de Hunawihr, le Rosacker est par ailleurs peu soumis aux vents des vallées vosgiennes. 

Encépagement

Le Rosacker n'est pas un terroir « extrême ». Au contraire, de par sa profondeur de sol, son exposition à l’est, son caractère tardif et sec, sa faible exposition aux vents, il offre à la vigne des conditions de maturation régulières. Ainsi, l'ensemble des cépages alsaciens réussit sur le Rosacker, et ce, quel que soit le millésime. Cependant, la résistance du terroir à la sécheresse estivale et son caractère tardif profitent particulièrement au Riesling, qui acquiert ici de la puissance tout en conservant sa pureté.

Les hommes

Le Grand Cru Rosacker est inséparable de l’histoire du village d’Hunawihr, dont la célèbre église fortifiée est devenue l’un des symboles du vignoble alsacien.

Les vins du Rosacker sont mentionnés dès 1483. À cette époque, les ducs de Wurtemberg administrent la contrée et veillent sur la qualité des bons crus hautement appréciés par les dignitaires du Saint Empire Romain Germanique. Le Rosacker, dans la ligne de mire des trois châteaux des sires de Ribeaupierre qui dominent les hauteurs de Ribeauvillé, accroît la convoitise des nobles et des bourgeois pour le vignoble de la commune.

Hunawihr, à l'instar de nombreuses communes du piémont vosgien porte dans son acte de naissance sa parenté vigneronne. C'est par une donation de vignes du seigneur Huno au couvent de Saint-Dié que son nom apparaît dans l'histoire au VIIème siècle. Situé entre Ribeauvillé et Riquewihr, il participe au cours du temps à la prospérité de la viticulture alsacienne, en y ajoutant la marque de ses terroirs et la poésie de ses légendes. L’une d’elle raconte qu'un jour d'automne, alors que les vignerons rentraient au village, après une triste vendange dans un vignoble désolé par l'hostilité du temps, la dame Hune, épouse du seigneur Huno, fit miraculeusement jaillir de la fontaine où elle lavait le linge des plus humbles le meilleur vin de toutes les cuvées connues dans la région.

La dame bienfaitrice rejoignit le panthéon des saints après sa mort, tandis que les coteaux de la commune prenaient le relais de la fontaine miraculeuse.

Tout au long du Moyen Âge, le vignoble de Hunawihr alimente les caves des Dominicains de Bâle et de Fribourg-en-Brisgau et plus tard celles des seigneurs de Horbourg et de leurs successeurs, les comtes de Wurtemberg. 

Au XIVème siècle, rapporte la chronique locale, alors que certains villages payaient leurs redevances en livrant à leurs seigneurs des chapons, du vin rouge ou des deniers, Hunawihr livre uniquement du vin blanc. (Victor Canales – Synvira)