Grand Cru

Steinklotz

Marlenheim

Ce bloc de pierre, ciselé par les vignerons dès le VIème siècle, dévoile toute la finesse du calcaire.

  • Type de sol Calcaire
  • Surface en hectares 40,60
  • Exposition Sud, Sud-Est
  • Commune Marlenheim
  • Altitude 200 à 300m
  • Encépagement (en % par cépage)
    • Gewurztraminer 44%
    • Riesling 29%
    • Pinot Gris 27%
Découvrir la carte interactive »

Grand Cru Steinklotz

Les vins

Beaucoup de finesse, des vins énergiques et de longue garde, tels sont les Steinklotz. Les Riesling évoquent la minéralité et la finesse. Les Gewurztraminer se parent d’épices. Et le calcaire amène finesse et caractère aux Pinot Noir.

Le lien au terroir

Les spécificités des vins

L'esprit général du Steinklotz est centré sur la tension.

C'est un vin qui trouve son énergie dans une fraîcheur intense. La matière est soutenue par cette tension qui s’exprime de manière linéaire et épurée. L'expression naturelle des cépages se trouvent ici transcendés. La longueur est généralement fraîche, marquée par des touches florales et mentholées.

Le Riesling trouve ici un terroir qui lui donne un caractère noble et un peu strict. Les Pinot Gris et le Gewurztraminer conservent une digestibilité plaisante et affirment leurs gammes aromatiques avec élégance.

Romain Ilitis
Meilleur sommelier de France 2012 & Meilleur Ouvrier de France 2015

Choisir et servir

Les millésimes

Les vins du Steinklotz se distinguent par leur longévité. Il est préférable de les attendre au moins trois ans pour que leur minéralité s'exprime pleinement.

Ce sont des vins qui s'expriment au bout de 3 à 4 ans pour ensuite se patiner lentement dans le temps.

Lors de millésimes tardifs : la droiture des vins est mise en avant et procure une sensation tonique qui allonge la structure de bouche.

Lors de millésimes précoces : la chair du vin, un peu plus concentrée, donne une sensation de volume plus charnu qui enrobe le palais.

Romain Ilitis
Meilleur sommelier de France 2012 & Meilleur Ouvrier de France 2015

Les accords majeurs

La sensation de fraîcheur du vin est l'élément clé des associations gastronomiques. Ainsi, la gastronomie régionale (potées, viandes fumées,…) est ici intéressante, tout comme les produits frits. La tension épurée affine la bouche et gomme la sensation de gras des plats pour laisser exploser l'intensité aromatique et entretenir l'appétence.

Romain Ilitis
Meilleur sommelier de France 2012 & Meilleur Ouvrier de France 2015

Steinklotz-diaz-conseilvinsalsace
Steinklotz-zvardon-conseilvinsalsace-2
Steinklotz-zvardon-conseilvinsalsace

Grand Cru Steinklotz

Le terroir

La nature

Très bien exposé au sud, de composition essentiellement calcaire, le Grand Cru Steinklotz ouvre la Route des Vins par le Nord. Ce terroir précoce confère aux cépages alsaciens une grande subtilité d’expression.

Lieu

À vingt kilomètres à l'ouest de Strasbourg, le Steinklotz marque le début de la Route des Vins d’Alsace, introduisant un long bandeau de terroirs d’exception jusqu’au Rangen de Tahnn au sud.

Le Grand Cru s'étend de la falaise de grès du Kronthal, vers la chapelle du Marlenberg à l’est. Par temps clair, en empruntant le chemin de croix en contrebas, on peut entrevoir la cathédrale de Strasbourg qui se profile à l’horizon.

Un terroir en pente (20 à 30%) et une exposition plein sud font du Steinklotz un site éminemment favorable à la vigne.

Sol

Ce sol brun calcaire à caractère calcimagnésique est issu du calcaire du Muschelkalk et de la Lettenkohle. Le soubassement en calcaire dur forme un bloc de pierre compact d’où le nom de Steinklotz. Dans les fortes pentes du Grand Cru la couche de terre caillouteuse n’est parfois épaisse que de 20 cm, ailleurs elle peut atteindre 50 à 100 cm par colluvionnement. Ce sont des sols qui se réchauffent facilement au printemps mais  leur réserve hydrique est limitée. Néanmoins la roche mère fissurée peut fournir de l’eau à la plante.

Micro-climat

Situé sur la colline du Marlenberg, le Grand Cru est exposé principalement au Sud et partiellement à l’Est, bénéficie d’un excellent ensoleillement. Les sommets des Vosges situés à plusieurs kilomètres permettent aux rayons solaires d’éclairer le coteau jusque tard en soirée. Les fortes pentes favorisent un apport d’énergie solaire maximal. Toutes les conditions sont réunies au Steinklotz pour l’obtention de raisins bien mûrs.

Encépagement

Ce vignoble septentrional amène des maturations lentes et tardives.

Le sol pauvre et très caillouteux a été depuis toujours exploité pour produire du Pinot Noir de grande qualité, même si ce cépage n’est pour le moment pas reconnu en tant que Grand Cru.

Les cépages blancs se retrouvent principalement sur les quelques zones argileuses ou sableuses, un peu plus humides, avec une prédilection pour le Gewurztraminer.

Les hommes

Que d’histoires à raconter sur ce « bloc de pierre » (steinklotz) ! L’une de ses particularités réside dans le fait que ce sont les vins rouges qui en ont fait la renommée : le Roter Marlheimer (rouge de Marlenheim) a été encensé par les poètes et les écrivains et les vignerons d’aujourd’hui le chérissent toujours.

La transmission d'un héritage

Steinklotz signifie littéralement « bloc de pierre », nom d'un lieu-dit évocateur des roches caractéristiques de ce terroir.

Grégoire de Tours rapporte, dans sa chronique sur l'Histoire des Francs, qu'en 589, le roi Childebert, ayant découvert un complot fomenté contre lui par la gouvernante et son amant, condamna la première à tourner le meule produisant la farine et le second, après lui avoir coupé les oreilles, à travailler à perpétuité la vigne du clos royal.

En 595, le fils de Childebert, Thierry II, devient duc de Bourgogne après avoir passé toute sa jeunesse à Marlenheim. D’aucun penseront que si le vignoble de Marlenheim est alors principalement planté en Pinot Noir c’est que ce cépage est aussi le plus emblématique de Bourgogne.

La dislocation du pouvoir des mérovingiens laisse une foule de propriétaires sur le vignoble de Marlenheim bénéficiaires des "largesses royales". Certains, comme l'abbaye d'Haslach, revendiquent leurs nombreuses vignes en s'appuyant sur des donations du roi Dagobert accordées en 613. 

Outre les monarques et l'abbaye d'Haslach, les abbayes de Wissembourg, de Marmoutier et d'Andlau, se partagent le vignoble, jusqu'à ce que la ville de Strasbourg devienne propriétaire de la localité du XIIIème siècle à la Révolution française. 

Au XVIème siècle, avec l'invention de l'imprimerie, poètes et écrivains mettent leur inspiration au service du "boni vini rubri". Fischart qualifie le rouge de Marlenheim de "délice", à l'instar du rouge de Saint Hippolyte : "Roter Marlheimer und von S. Bild, o wie milt". Le chroniqueur Bernard Hertzog cite Marlenheim, en 1592, comme la ville du bon vin rouge : "Das Stäten Marley ist berümbt von Gewächs gutes Roten Weins". 

D’après une légende, la chapelle du Marlenberg fût construite en 1683 par trois frères qui, au cours d'une tempête en mer, avaient fait un vœu. S'ils étaient sauvés, ils construiraient à leur retour une chapelle dans leur village. Il en alla ainsi, et la chapelle de Marlenheim fut agrandie en 1772 par le premier curé de la paroisse, Ignace Klein. Le chemin de croix du site fut édifié la même année, financé par de riches vignerons du village.

Une autre histoire, datée de la Révolution française (1789), raconte que le curé Lerps célébrait l'office en cachette à la chapelle du Marlenberg. Pour que la chapelle fût sauvée d’une inéluctable destruction, on déclara qu’elle était le logis du garde champêtre. Selon une légende née de cette histoire, ce curé avait l'habitude de ranger un tonnelet de rouge de Marlenheim dans une cachette derrière la chapelle. Cette cachette est encore visible, mais le tonnelet a hélas disparu…

Des menus du XIXème siècle témoignent de la place de choix que les vins de la localité occupaient dans les banquets d'exception et de leur formidable aptitude au vieillissement. On servit au dîner jubilaire du 18 décembre 1884, des Marlenheim de 1835, 1865 et 1878 et au dîner de Noces du 10 octobre 1891, des Marlenheim rouge de 1876, soit des vins ayant entre 6 et 49 ans d'âge !

Victor Canales
Synvira

L'amour de la vigne et de la terre

Les règles spécifiques

Au niveau de la viticulture, le labour et l’enherbement se généralisent sur le Steinklotz. La taille courte, l’éclaircissement des grappes ou l’élargissement des rangées sont également des pratiques qui se répandent. 

En plus de cela les vignerons assurent l’entretien des talus et des murs en pierre sèche et la conservation d'une certaine biodiversité. 

Le Pinot Noir s’adapte merveilleusement sur ce terroir calcaire qu’est le Steinklotz. C’est pour cela que les vignerons se mobilisent pour que ce cépage soit reconnu dans le cadre de l’AOC au même titre que les cépages nobles blancs.