Grand Cru

Brand

Turckheim

Un puissant dragon aurait fertilisé de son sang ce terroir solaire qui donne naissance à des vins majestueux et délicats.

  • Type de sol Granitique
  • Surface en hectares 57,95
  • Exposition Sud, Sud-Est
  • Commune Turckheim
  • Altitude jusqu’à 380 m
  • Encépagement (en % par cépage)
    • Riesling 41%
    • Gewurztraminer 31%
    • Pinot Gris 25%
    • Muscat 3%
Découvrir la carte interactive »

Grand Cru Brand

Les vins

Le Brand est une combinaison de droiture et d'éclat minéral.

Le lien au terroir

Le Brand est une combinaison de droiture et d'éclat minéral.

La bouche est structurée par une fraîcheur linéaire et élancée qui donne au dégustateur une sensation saline éclatante. Des effluves d'agrumes et d'herbes aromatiques – celle de la citronnelle, notamment – se dégagent avec subtilité et progressivement, dans une bouche de grande longueur.

Les Riesling déclinent un « esprit de caillou » associé à des notes d'agrumes – chair ou zeste.   

Les Muscat développent des notes florales, poivrées, de végétal parfumé (chlorophylle).

Les Pinot Gris sont marqués par la poire fraîche, tandis que les Gewurztraminer restent frais, en développant souvent des notes de fleurs blanches de printemps et de litchis.

Romain ILTIS
Meilleur Sommelier de France 2012 & Meilleur Ouvrier de France 2015

Choisir et servir

Quelques millésimes mémorables

  • 1959 : année sèche, après une grosse pluie le 11 juillet, il ne pleut plus jusqu’en octobre. Très bonne qualité.
  • 1966 : orage de grêle à minuit à la Fête-Dieu, caves inondées. Belle récolte de belle qualité.
  • 1979 : très bonne année au niveau qualitatif comme au niveau quantitatif.
  • 1986 : neige importante en hiver atteignant les premiers fils dans les vignes. De nombreuses parcelles n’ont été récoltées qu’en novembre pour les raisins de surmaturation destinés aux prestigieuses vendanges tardives et sélections de grains nobles.
  • 1997 : vendanges précoces, tous les cépages présentent des maturités record et de très bons équilibres sucre/acidité. Un millésime historique.
  • 2003 : été caniculaire, ce millésime restera dans les annales des Vins d’Alsace. Il faut remonter à l’an 1540 pour retrouver des conditions comparables. 

Dans la cave

C'est un Grand Cru qui s'ouvre assez rapidement.
La rectitude de sa matière favorise une combinaison précoce (sensible dès trois ou quatre années de garde) de l'expression aromatique des cépages et de l'éclat du terroir.

Lors de millésimes précoces : la matière du vin est un peu plus riche ces années-là car le Brand réagit rapidement aux variations de températures. Des notes d'herbes aromatiques ou d'infusions séchées se détectent, complétées de notes d'agrumes confits (le citron, par exemple) dans les Riesling, et un caractère grillé (celui de l’amande) dans les Pinot et Gewurztraminer.

Lors de millésimes tardifs : l'acidité, plus perceptible, reste large et droite. Un esprit de chair d'agrumes ou de fruits blancs frais se dégage de vins qui acquièrent une longueur rafraîchissante, parfois mentholée (Muscat). Une grande intensité minérale s'installe, au creux d’une longueur sapide.

Romain ILTIS

Les accords majeurs

Ce sont des vins qui appellent les poissons d’eau douce, cuits ou marinés et accompagnés d’une sauce crémée. La minéralité cristalline exhausse le goût des poissons tandis que la tension apaise l’onctuosité de la sauce ou des accompagnements. Tartare de dorade et crème fraîche, truite fumée, ou anguille en matelote s’associeront avec élégance à l’expressivité de ce Grand Cru qui sera également très à son aise avec la gastronomie japonaise, les sushis notamment.

Romain ILTIS
Meilleur Sommelier de France 2012 & Meilleur Ouvrier de France 2015

Brand didierjean
Brand--copyrightzvardon
Brand didierjean2

Grand Cru Brand

Le terroir

La nature

Le Brand est un terroir précoce, chaud et solaire. Une lumière abondante et un sol apte à la capter autant qu’à la transmettre caractérisent ce lieu-dit. Entre le feu du soleil et les deux micas du sol à l’effet réchauffant, les raisins connaissent des conditions de mûrissement optimales.

Lieu

En quittant la vallée de Munster, surplombant la ville de Turckheim et formant autour d’elle comme un encorbellement, ce Grand Cru jouit d’un ensoleillement de grande intensité. Situé sur le champ de fracture de Ribeauvillé, d’exposition Sud et Sud-Est, il s’élève jusqu’à une altitude de 380 mètres.

Sol

Écheveau complexe de roches, le Brand repose sur un substrat de granite, roche composée de quartz, de feldspath et de mica, et offrant un sol sableux et grossier. D’une homogénéité remarquable, le granite de Turckheim se compose de deux micas d’une finesse variable. Ce type de sous-sol a un effet réchauffant au niveau des racines qui favorise la bonne maturation du raisin et la combustion de l’acide malique. Il crée également un micro-climat à partir de la chaleur emmagasinée en surface par ses petites pierres.

Dans la partie centrale du Grand Cru, la roche granitique est surmontée d’une couche d’arène de 5 à 8 mètres d’épaisseur, permettant ainsi au système racinaire de s’établir très en profondeur.
Le sol est acide, sans calcaire et très peu argileux. Très pauvre en limon, il se compose surtout de sable.

Dans la partie Est du Grand Cru, l’épaisseur de l’arène colluvionnée diminue et varie de 1 à 3 mètres. Par ce fait, cette zone est plus riche en éléments minéraux et permet une meilleure alimentation hydrique de la vigne.

Identique et uniforme dans l’ensemble, le sous-sol du Brand propose donc quelques variations lorsque l’on entre dans le détail de sa structure. Ainsi la partie Est donne des vins somptueux dans les années de grand millésime ; outre une meilleure hygrométrie, le sol se révèle ici plus riche en éléments minéraux et fertilisants. À l’inverse, le secteur central est à l’origine de vins exceptionnels dans les années humides lorsque l’alimentation hydrique est suffisante et l’eau mieux drainée.

Micro-climat

Formant une petite dépression ouverte au Sud, bénéficiant d’un ensoleillement maximum, ce site est protégé des vents froids du Nord et de l’Est par les sommets qui le dominent, et des vents d’Ouest, dissipateurs de chaleur, par le Kirchberg et l’Eichberg. La température annuelle se situe aux environs de 10.5° et l’ensoleillement, particulièrement important, à 1 800 heures par an. Quant aux précipitations annuelles elles sont de l’ordre de 600 mm. L’ensemble de ces éléments contribue à faire du Brand un terroir précoce, chaud et solaire. 

Encépagement

Le sol granitique du Brand se montre très favorable à la constitution de grands Riesling, de Pinot Gris et de Gewurztraminer.

Le Pinot Noir, même s’il n’est pas revendiqué en Grand Cru, exprime sur ce terroir une étonnante complexité. D’autres cépages (Sylvaner, Pinot Blanc, Chasselas, Auxerrois), sont également plantés sur le Brand, mais en proportion bien moindre.

La productivité du Brand est moyenne, ce terroir n’acceptant pas les excès de rendements, et pour certains millésimes l’éclaircissage des grappes (vendange en vert) est souhaitable.

Les hommes

« Zu Türckheim im Brand wächst der beste Wein im Land ! », dit le dicton. (À Turckheim dans le Brand, il y a le meilleur vin du pays !). Cette terre de feu jouit d’une réputation ancestrale, où légende et histoire s’entremêlent.

La transmission d'un héritage

Brand signifie « brûlé ». Aussi la légende veut-elle que, dans cette arène brûlante, le soleil combattit un jour un dragon qui fut contraint de trouver refuge dans une obscure caverne située dans la partie haute de la colline. Symboliquement, le site du Brand garda la lumière et les feux du combat dont le site et ses vins gardent la lumineuse vitalité !

Ce site est identifié depuis au moins le Moyen Âge. À cette époque, la vigne était défrichée à l’aide de brasiers, autre explication possible du nom du site selon Michel Mastrojanni (Op. cit., pp. 128-129, et Bernadette Burn et Gilles Schmidt, Alsace, clos et grands crus, Jacques Legrand, 1989, p. 123).  

Un texte de l’historien Claude Muller confirme la présence de vigne à Turckheim depuis le Moyen Âge. Le 27 mai 742, un certain Rantwig donne au couvent de Wissembourg la moitié de son domaine viticole situé à Turckheim. En 898, l’abbaye de Munster reçoit également des vignes du lieu. Vers 1090, le vin bu à Sainte-Croix-En-Plaine provient encore de Turckheim. On retrouve de nombreuses traces de consommation de vins de Turckheim par les Seigneurs ecclésiastiques : en 1258 au couvent des Unterlinden ; en 1288 au couvent  de Klingenthal à Bâle ; en 1328 à l’abbaye de Paris, etc.

Un manuscrit du XIIIème siècle, issu de la bibliothèque municipale de Colmar, site le Brand pour la première fois. Par la suite, son nom apparaît fréquemment ; en 1327, puis dans des urbaires de 1439, 1453 et 1482.

Une enquête de 1721 indique que le ban de Turckheim compte mille arpents de vignes plantés avant 1700, dont les deux tiers occupent la plaine et un tiers la montagne. Les vignes plantées (de 1700 à 1721) se montent environ à 46 arpents supplémentaires (soit 14 ha).

Les marchands viennent principalement de Suisse, de Delémont, de Porrentuy, de Belfort et du Sundgau.

Bacquol et Ristelhuber, dans le dictionnaire du Haut-Rhin et du Bas-Rhin (1685) affirment que “le vignoble de Turckheim forme le plus beau vignoble des bords occidentaux du Rhin. Ses vins sont forts renommés“.

Le 5 novembre 1742, le registre de la ville signale l’obtention de 1911 mesures de vins rouge.

La réputation des vins de Turckheim est encore attestée au XIXème siècle. Selon Leuchs, dans le Vollständige Weinkunde (1829) : 

Le meilleur vin rouge pousse à Turckheim. La récolte de 1846 a été passablement abondante et a donné un très bon vin. Pendant tout l’été, la chaleur et la sécheresse ont été grandes. C’est pourquoi le vin est devenu très bon, fort, doux et bouqueté. Après la vendange il a été très recherché par les Suisses… 

Cette année (1848) a produit du bon vin. Pendant toute l’année, le temps a été propice et la vendange favorable.

Une vision de l'avenir

Les vignerons producteurs de vins et de raisins du Brand travaillent ensemble à révéler l’extraordinaire potentiel du Brand, à produire des vins d’une qualité régulière, exprimant pleinement le terroir.