Grand Cru

Wineck-Schlossberg

Katzenthal et Ammerschwihr

Tels les murs d’enceinte préservant le donjon du château, les coteaux granitiques du Wineck-Schlossberg sont nichés au creux d’un vallon fermé et protégé des vents, formant comme une coupe offerte aux grands vins.

  • Type de sol Granitique
  • Surface en hectares 27,49
  • Exposition Sud, Sud-Est
  • Commune Katzenthal et Ammerschwihr
  • Altitude 280 et 400m
  • Encépagement (en % par cépage)
    • Riesling 70%
    • Gewurztraminer 18% 
    • Pinot Gris 10%
    • Muscat 2% 
Découvrir la carte interactive »

Grand Cru Wineck-Schlossberg

Les vins

Le Wineck-Schlossberg « trace » le terroir par la minéralité et la salinité de ses vins. De caractère plutôt sec, un subtil équilibre entre maturité, minéralité et sapidité se dégage des vins du Wineck. Leur structure est fine, cristalline avec une belle tension sous-jacente.

Le lien au terroir

Le cépage dominant ici est le Riesling. Les raisins sont toujours bien mûrs avec un niveau d’acidité tartrique élevé. Cela engendre des vins qui s’ouvrent rapidement sur arômes élégants et aériens de fleurs et d’agrumes (bergamote). Leur minéralité est fine, cristalline avec une belle tension sous-jacente. Agréables, jeunes, ils évoluent parfaitement sur une dizaine d’année en conservant cet équilibre gracieux. 

Le Muscat joue sur le même registre de finesse, d’élégance et de pureté.

Le caractère précoce et solaire du Wineck Schlossberg permet de récolter des Pinot Gris et Gewurztraminer de grande maturité avec souvent de la pourriture noble. 

Il est donc aisé de revendiquer des Vendanges Tardives ou Sélections de Grains Nobles. Ouverts et aromatiques, avec des notes florales (rose), de réglisse et d’épices, ils sont particulièrement élégants, purs et aériens. Leur caractère moelleux est allégé par la trame minérale et saline conférée par la pierre granitique. Cette signature minérale élève et transcende ces cuvées.

Une impression cristalline se dégage des vins de ce Grand Cru.

La bouche se révèle d'une grande précision et imprimée par une belle fraîcheur, élément central du vin. Cette acidité se dessine droite, parfois légèrement retenue, mais toujours d'une franchise qui structure le vin. Cette matière élancée n'est que le prélude d'une longueur intense et de grande tenue, rappelant l'eau de roche.

Le Riesling est dans son élément sur ce terroir. S'il peut paraître serré à l'attaque, il s’impose ensuite avec beaucoup de finesse en milieu de bouche.

Pinot Gris et Gewurztraminer possèdent la même ossature, complétant l'approche par leur générosité et une gamme d'arômes plus exotiques. Tous expriment une minéralité affirmée en fin de bouche.

Romain Ilitis
Meilleur sommelier de France 2012 & Meilleur Ouvrier de France 2015  

Choisir et servir

Les Millésimes

Quelques grands millésimes : 1959, 1964, 1971, 1989, 1990, 1996, 1998, 2002, 2004, 2005, 2007, 2008, 2010, 2012.

Potentiel de garde : ouverture entre deux et trois ans, optimum entre cinq et dix ans.

Si l’ouverture de ces vins est relativement rapide (au bout de trois ans environ), leur potentiel de vieillissement est également évident. L'intensité de la minéralité se fera plus intense avec le temps tout en restant éclatante.

Millésimes Tardifs : la tension générale est marquée dans les vins ; elle développe un registre d'agrumes. Leur esprit tonique provoque une excitation gourmande des papilles.

Millésimes Précoces : l'exotisme devient un élément clé et apporte une touche sensuelle. La minéralité du Grand Cru s'exprime dans un registre évocateur de silex et de pierres mouillées.

Romain Ilitis
Meilleur sommelier de France 2012 & Meilleur Ouvrier de France 2015  

Accords mets-vins

Quelques grands accords mets vins proposés au Restaurant L’Astrance à Paris (3* Michelin), chef Pascal BARBOT :

  • Riesling GC Wineck Schlossberg 2008, Langoustine pochée, achard de légumes pimenté et mousse ananas. 
  • Riesling GC Wineck Schlossberg 2004, Consommé dashi, coque, moule, huitre et citron confit. 
  • Commentaires d’Alexandre JEAN, sommelier : "Trois éléments, l'iode des coquillages rejoint l'expression minérale granitique du Wineck, le fumé du dashi pour l'évolution du millésime et le fruité de l'agrume".
  • Recette de Jean Philippe Guggenbuhl  Restaurant Taverne Alsacienne Ingersheim : Riesling Grand Cru Wineck-Schlossberg 2010, Cassolette d’Escargots au Riesling  morilles crème et ail des ours.

Les mets accompagnés de sauces crémées permettent de très beaux accords. L'onctuosité de la sauce enrobe la tension que l'on retrouve dans les vins tandis que celle-ci apaise la sensation de gras. Cette association « donnant-donnant » permet alors aux éléments cuisinés de se révéler pleinement. Cuisses de grenouilles à la crème, matelote de poissons ou même blanquette de veau sont des plats de plaisir à servir avec ce Grand Cru.

Romain Ilitis
Meilleur sommelier de France 2012 & Meilleur Ouvrier de France 2015  

Wineck-schlossberg-zvardon-conseilvinsalsace
48-wineck-2-2
48-wineck-3
48-wineck-3

Grand Cru Wineck-Schlossberg

Le terroir

La nature

Son sol granitique autant que ses pentes adruptes protégées par 3 collines, retiennent lumière et chaleur et confèrent au Wineck-Schlossberg une régularité et une formidable capacité à résister aux variations climatiques de plus en plus fréquentes.

Lieu

Le Wineck-Schlosserg déploie ses ceps sur les bans communaux de Katzenthal et, en moindre mesure, d’Ammerschwihr. Situé dans un amphithéâtre ouvert exclusivement au sud, il est particulièrement protégé des vents.

Les parcelles sont délimitées de manière à ce que chacune d'entre elles bénéficie de manière optimale du climat particulier qui fait la spécificité de ce terroir.

Les vignes sont plantées à une altitude comprise entre 280 m et 390 m. La pente très forte est globalement orientée au sud avec des variations sud-est et sud-ouest au gré des petits vallons entourant le Château du Wineck. Cette ruine féodale restaurée trône au milieu des vignes, offrant au soleil son impressionnant donjon haut de 21 mètres !

Sol

Le sol est essentiellement composé de granit à deux micas de Turckheim, fortement désagrégé en arènes, plus ou moins profondes, et particulièrement indiqué pour la culture de la vigne.

C'est un sol drainant, peu profond (30 à 50 cm), se réchauffant rapidement au printemps et riche en éléments minéraux.

Son sous-sol appartient à la base du socle cristallin du massif vosgien.

Micro-climat

L’identité climatologique du Wineck-Schlossberg est liée à la spécificité de la Vallée de Katzenthal, petit vallon en forme d’hémicycle protégé des vents dominants par 3 collines.

Contrairement aux grands crus situés dans des vallées ouvertes, favorisant les courants d'air, le Wineck Schlossberg bénéficie d’un ''effet cocon'', plus chaud et précoce. En été la chaleur est emmagasinée et intensifiée dans ce ''caisson'' et crée un micro-climat propre à ce cru.

La masse que forme le mont du Galtz au fond de la vallée de Katzenthal fait office de bouclier et protège le Grand Cru des vents dominants et des précipitations.

Le vallon de Katzenthal est très avancé par rapport à la ligne du piémont vosgien. Il est protégé par plusieurs enfilades de moyennes montagnes avant les sommets des Hautes Vosges. Cet écran naturel fait barrière aux nuages venant de l’Ouest et confère au secteur une très faible pluviométrie (600 mm/an).

Autre particularité, Katzenthal n’est traversé que par un petit ruisseau, qui en été ne représente qu’un faible filet d’eau, le Dorfbach. Néanmoins, la vigne ne souffre pas ici de sécheresse ses racines descendant profondément à la recherche de rares veines argileuses qui leur rétrocèdent leur fraîcheur. 

Enfin, les fortes pentes du Wineck-Schlossberg (jusqu’à 45 % de déclivité) accentuent l’exposition des feuilles au soleil et rappellent à l’essentiel : le Grand Cru Wineck-Schlossberg est un vignoble de coteaux. 

Encépagement

Katzenthal fait partie du vignoble historique de la petite région colmarienne. Certains documents d’époque et de nombreuses étiquettes attestent que l’un des premiers cépages à être revendiqué sur le secteur est le Riesling. Comme les meilleurs coteaux ont toujours été plantés en vigne, c’est tout naturellement que le Riesling fût le premier cépage à être planté sur le Wineck-Schlossberg.

Ce cépage tardif réussit bien sur des secteurs bien exposés et précoces comme les coteaux. Le Riesling excelle sur le granit, il aime les terres caillouteuses et légères, son système racinaire s’aventurant aisément dans les profondeurs. Il est planté sur la partie sommitale et à mi pente des coteaux.

On y trouve également quelques rares parcelles de Muscat.

Sur les parties plus riches et basses des coteaux le Pinot Gris est maître.

Sur la zone plus gréseuse et argileuse, voisine du Grand Cru Kaefferkopf, on retrouve historiquement du Gewurztraminer.

Les hommes

Dressé au cœur de ses vignes ondoyantes, le château du Wineck oriente l’œil vers le ciel, et la pensée vers la très riche histoire de ce vignoble, associée depuis le XIIème siècle à celle du village de Katzenthal.

La transmission d'un héritage

Le caractère et la beauté du site sont rehaussés par la présence, au cœur des vignes, d’un château daté du XIIème siècle, construit par les comtes d’Eguisheim-Dabo. Ce château fort portait anciennement le nom de Windeck ou de Weineck, littéralement « le coin du vin ». Jusqu’au XIVème siècle, il appartint aux Wineck, chevaliers de Colmar, avant de devenir la possession des barons de Rathsamhausen. Il est aujourd’hui la propriété de la Société pour la Conservation des Monuments Historiques en Alsace. La présence de ce château rend ce Grand Cru unique en Alsace. Depuis le XVIIIème siècle, le site viticole aujourd’hui occupé par le Grand Cru était nommé Schlossberg (« colline au château »). Afin d’éviter la confusion avec le Grand Cru Schlossberg de Kaysersberg, l’appellation fut complétée, en référence à sa chevaleresque ascendance, et devint le Wineck-Schlossberg.

Les coteaux de Katzenthal apparaissent très tôt dans l’histoire de la vigne. Comme l’écrit Michel Mastrojanni,

Son vignoble est fort ancien. Déjà, en 1211, les religieux de Marbach cultivaient la vigne sur Katzenthal et le « coteau du château », devenu le Grand Cru Wineck-Schlossberg, est exploité depuis plusieurs siècles.

Op. cit., p. 123

À peu près à la même époque, en 1264, un certain Werner Von Hattstatt offrit au couvent Unterlinden de Colmar du vin du Cuttenthal de Katzenthal (Bull. d’Alsace, 18,1896).

C’est dans les listes de renouvellement de rentes appartenant à la famille de Ratsamhausen, et datées du 16 mars 1706, qu’apparait le nom du Schlossberg. Plusieurs habitants, en particulier Hans Jacob Bläss, et Peter Schmitt y possèdent des vignes sur lesquelles, ils sont assignés à redevances (AD 68, 2 E, carton 160 liasse 2, pièce 6).

Le plan de finage d’Ingersheim et de Katzenthal, dressé en 1760, montre autour du château du Wineck, une vaste superficie de vignes, le « Schloss Berg », qui occupe une place de premier plan parmi les parcelles de vigne de ce finage.

Les mentions du Schlossberg se multiplient depuis la fin du XVIIIème siècle. Toute une série d’arrêtés de vendanges, datés de 1830 jusque vers 1870, indiquent des lieux qu’ « il est permis de vendanger », en citant régulièrement le Schlossberg (AD 68 E dépôt-13, 3e liasse).

La réputation de ces coteaux est telle qu’ils deviennent la représentation type du vignoble alsacien : dans les illustrations de Hansi (le clocher dans les vignes, 1929) les encyclopédies (Le Millio, 1970 - Découvrir la France, 1972) et même dans les manuels scolaires de géographie.

Cette antériorité a notamment permis le classement de ce terroir en Grand Cru, en 1985.

L'amour de la vigne et de la terre

Terroir en forte pente, très caillouteux, solaire, le Wineck-Schlossberg demande au vigneron un engagement total.

Travaillé dans le sens de la pente, en rangs étroits, la vigne est plantée à des densités allant de 4 500 à plus de 8 000 ceps à l’hectare. La mécanisation du travail étant très limitée, c’est le travail manuel qui est de mise. Cela engendre une relation intime de l’homme à sa vigne, un pour respect pour « nulle part ailleurs » unique et exigent, une fierté face au travail accompli.