Frais et secs

Riesling d’Alsace

Riesling d’Alsace

Le déguster

Œil

La robe jaune pâle, avec des reflets verts et brillants, souligne sa fraîcheur caractéristique. 

Nez

Son bouquet est d’une grande finesse, racé, avec de subtils arômes fruités (citron, citronnelle, pamplemousse, pêche, poire, fruits compotés…) et floraux (fleurs blanches, tilleul, ortie blanche…) ou encore d’anis, cumin, réglisse et graine de fenouil. Dans son évolution, le Riesling est unique car, en fonction du sol sur lequel il est planté, il développe des arômes minéraux (pierre à fusil, silex, « pétrole »…). Ces arômes très particuliers se retrouvent dans les vins de terroirs (Grands Crus, Lieux-dits…).

Bouche

Ce vin sec est « vertical ». Il est construit autour d’une belle vivacité que l’on apprécie du début jusqu’à la fin de la dégustation, le milieu de bouche étant marqué par l’ampleur. 

Le Riesling d’Alsace est un vin de garde qui peut se bonifier en bouteille pendant des décennies. La diversité des terroirs d’Alsace est faite pour lui car c’est un cépage qui sait se faire discret, au profit des pierres dont il tire les plus belles confidences.

Riesling d’Alsace

L'accorder

Ce vin inimitable déploie un éventail de ressources : un équilibre rare, une vivacité remarquable, une finesse exquise !

Paré de ses plus subtils arômes, il offre un très bel accord de texture avec les poissons dont la chair délicate appelle un vin élégant. Sa fine acidité, combinée ou non à un trait de citron, exhale les saveurs subtiles des crustacés tout en soulignant leur caractère iodé. Lorsque poissons et crustacés sont cuisinés en sauce ou à la crème, il apporte une touche de légèreté qui laisse les papilles nettes, avides d’une nouvelle bouchée.

Comme aucun autre cépage, il conte la minéralité des sols qui le nourrissent, dans des échanges passionnés avec les huîtres aux intenses saveurs iodées.

Sans fausse modestie, il est l’un des rares vins blancs à faire honneur aux célèbres œufs d’esturgeon qui opposent d’ordinaire aux vins qui les accompagnent, un goût poissonneux et métallique. Il faut tout le caractère d’un Riesling d’Alsace pour résister à la force du caviar tout en l’embellissant à chaque bouchée. 

Quittant les univers marins, le Riesling est également à son aise avec les volailles et viandes blanches peu friandes de tanins agressifs. Il excelle à accompagner les préparations en sauce comme la blanquette de veau ou le coq… au Riesling.

À l’heure du fromage, chèvres et brebis se délectent de ce vin frais et expressif. Son acidité longue et fine fait écho à l’acidité lactique qu’ils renferment. 

Riesling d’Alsace

Ses origines

C’est le cépage rhénan par excellence ! Chacun s’accorde à reconnaître que la vallée du Rhin est son berceau. Pour certains, il s’agirait de l’Argitis minor des romains et sa culture remonterait à l’occupation romaine. D’après Stoltz, le Riesling fut introduit au IXème siècle dans les vignobles du Rheinghau. En 843, au lendemain du partage de l’empire de Charlemagne, Louis II le Germain fit planter du gentil aromatique le long du Rhin. Ce cépage prit bientôt le nom de Riesling, nom qui vient de riesen (couler en allemand) car avant qu’il ne se soit acclimaté à l’Alsace, il était sensible à la coulure (lors de conditions climatiques défavorables, comme des pluies au moment de la floraison, la fleur tombe par terre. Il n’y a donc pas de production de raisins). Différent de son cousin allemand, le riesling alsacien a été implanté dans notre région dès la fin du XVème siècle. Il est couramment cité le siècle suivant mais sa culture ne se développe que dans la seconde moitié du XIXème siècle. C’est après les années 1960 qu’il accèdera au premier rang des surfaces de production en Alsace.

Portrait

Pour me décrire avec justesse, il faut évoquer les constructions à la fois pures et complexes : les grands arbres dont l’hiver révèle les branches tendues vers le ciel ou bien nos plus belles cathédrales. Je suis comme le son limpide et droit de la clarinette dans une œuvre de Mozart. C’est que le raffinement de ma structure acide, la force et parfois la délicatesse de mes arômes, mon lien intime avec le monde minéral, font de moi un vin dont on n’a jamais fini d’explorer la profondeur et la grâce.

Dans les vignes

  • Feuille

    De forme orbiculaire, la feuille est épaisse. Les dents ogivales sont moyennes.
  • Grappe

    Riesling grappes@2x
    Elle est petite, cylindrique ou cylindro-conique et compacte. Le pédoncule est court et ligneux. Les baies sont petites, vert clair à jaune doré, parsemées de tâches brun-roux à complète maturité, et sont dotées d’une peau épaisse.
  • Baie

    Riesling baie@2x
    La baie est petite, vert clair à jaune doré, parsemée de tâches brun-roux à complète maturité. Elle est dotée d’une peau épaisse et lorsqu’on la croque elle dégage une saveur fine et aromatique.